Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus
1 avril 2019

La 20 Francs or dite "au coq"

     L’énorme production de monnaies d’or frappées à l’effigie de Napoléon III a auréolé le « Franc OR » d’un rayonnement international, mais à la suite du désastre de la guerre de 1870 que chacun s’efforcera d’oublier, on voudra substituer au profil impérial une représentation de la République.
     Le talent du graveur Jules- Clément CHAPLAIN imposera alors un dessin original. Disparus les emblèmes royaux, ils seront remplacés par le coq et la tête de Marianne, les nouveaux symboles de la nouvelle République.
     Cette très belle monnaie, connue par les numismates sous le nom de 20F au coq, portera aussi de façon erronée les noms de Cérès, Louis, Napoléon, ou Marianne.

     Les millésimes frappés entre 1899 et 1906 porteront un tranche gravée: “Dieu protège la France”. 43 millions d’exemplaires, sortiront des ateliers de la Monnaie de Paris. Mais l’anticléricalisme ambiant fait son œuvre et  les frappes réalisées entre 1907 et 1914 porteront désormais sur la tranche:  “Liberté Egalité et Fraternité”.
     Lorsqu’après la seconde guerre mondiale, on décide de relancer le marché de l’or, on manque de numéraire dans ce métal, (monnaies refondues, expatriées, usées, etc..) Il faut procéder à une refrappe, et pour faire vite et bon marché on utilisera les anciens coins de frappe. On en fabriquera 37 millions, et elles conserveront les dates des coins de 1907 à 1914.  Mais alors, l’or ne circule plus de la même façon dans les échanges commerciaux, et ces monnaies seront thésaurisées, ce qui fait qu’on les trouve en parfait état, et si elles sont cotées en valeur de bourse au cour du Napoléon, les collectionneurs lui octroient  souvent une petite plus-value.